Foire aux questions

Qui sommes nous?

Créée en 2009 au sein du Service général de l'enseignement secondaire et des centres PMS, la DREMT est la Direction des Relations Ecoles Monde du Travail.

Elle fait partie de la Direction Générale de l’Enseignement Obligatoire (DGEO). Elle est subdivisée en 2 services qui s’adressent à différents publics localisés sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles et gère de multiples projets dans le cadre de la promotion des métiers techniques.

D’une part, l’équipe « SCCS » est en charge des dossiers relatifs aux stages, à la formation en alternance (CEFA), au site internet « Mon Ecole, Mon Métier » et aux fiches métiers.

D’autre part, l’équipe « Fonds d'équipement, Centres de technologies avancées et Cadastre » est en charge de la gestion de l'appel à projets permettant aux établissements scolaires de bénéficier, à certaines conditions, du Fonds d'équipement pour moderniser leurs équipements pédagogiques ; du développement des CTA et de la réalisation d'un Cadastre des équipements disponibles dans les établissements scolaires.

Stages

Qu’est-ce que je vais devoir faire durant mon stage ?

La description des tâches que tu seras amené(e) à effectuer durant ton stage ainsi que les savoirs, aptitudes et compétences professionnelles à acquérir figurent dans ton carnet de stage et doivent correspondre aux objectifs de ta formation en milieu professionnel.

Le stage est-il obligatoire ?

Oui pour les stages de types 2 et 3 (voir liste complète dans Circulaire 6718 – pages (14 à 18)).

Combien de temps dure un stage?

Le planning et la durée de ton stage doivent être communiqués en début d’année scolaire par ton école.

Pour les stages de type 1 : de la 1e à la 7e année : 4 semaines maximum

Pour les stages de type 2 : en 4e année : 4 semaines maximum ; en 5e et 6e année : entre 4 et 15 semaines maximum ; en 7e année : entre 4 et 12 semaines maximum 

Pour les stages de type 3 : en 5e et 6e année : entre 4 et 15 semaines maximum ; en 7e année : entre 4 et 12 semaines maximum 

Attention, il existe des cas spéciaux pour les options de base groupées qui reposent sur un profil de certification et pour les options de base dont les stages sont soumis à une base légale spécifique, les durées peuvent être différentes (puériculture, puériculteur, infirmier hospitalier, assistant pharmaceutique).

Pour plus de précisions, voir dans la Circulaire 6718 – pages 20 à 22.

Quel sera mon horaire de travail?

Pour les stages de type 1 : L’horaire scolaire est d’application, sauf exceptions justifiées par le métier ou le milieu professionnel

Pour les stages des types 2 et 3 : L’horaire du milieu professionnel est d’application, ce qui implique que les stages pendant les congés scolaires sont autorisés, moyennant décision du conseil de classe.

Est-ce que je peux changer mon horaire de travail ?

Avec l’accord de ton maitre de stage et de ton école. Un avenant à ta convention de stage devra également être rédigé.

Est-ce que je peux faire des heures supplémentaires ?

On ne peut pas exiger que tu prestes plus d’heures que ce qui n’est prévu dans ta convention de stage. Par ailleurs, toute heure supplémentaire ne peut pas être rémunérée.

Peut-on faire des stages de nuit?

Les stages de nuit (c’est-à-dire entre 23 heures et 6 heures) sont interdits. Des dispositions spécifiques sont prévues pour les élèves qui suivent l’option du 4e degré « Soins infirmiers ».

Suis-je obligé(e) de faire un stage prévu durant les congés scolaires ?

- De manière générale, les élèves n’effectuent pas de stages durant les congés scolaires sauf si cela est prévu dans le règlement des stages qui a été communiqué en début d’année scolaire par le chef d’établissement.

- Les élèves inscrits dans les options de base groupées "Puériculture" ou "Puériculteur/puéricultrice" ou "Aspirant/aspirante en nursing" ne peuvent pas effectuer de stage durant les vacances scolaires d’hiver, de printemps et d’été. Une demande de dérogation à cette interdiction peut être introduite, par l’école auprès de l’Administration.

Est-ce que je peux prendre congé pendant mon stage ?

Non.

Que faire si je suis en retard ? si je suis malade ? si je ne peux pas me rendre au travail ?

Dans les trois cas, tu dois prévenir ton école et ton maitre de stage. Suivant ton type d’absence, tu devras suivre les procédures prévues dans le règlement d’ordre intérieur de ton école.

Un stage est-il évalué ?

Oui, le stage est évalué à la fois par l’entreprise et par l’école. La réussite du stage engage la réussite de ta qualification et de ton année scolaire.

Quelles sont les modalités d’évaluation de mon stage ?

Durant ton stage, tu dois remplir un carnet de suivi de stage. Dans celui-ci tu noteras chaque jour ce que tu fais. Tu devras présenter ce carnet aux professeurs qui viendront te voir sur ton lieu de stage ainsi qu’à ton maître de stage. Ceux-ci y noteront leurs remarques. Le jury de qualification consultera également ton carnet afin d’évaluer ton stage.

Enfin, il est également possible que tu doives rédiger des rapports de stage. Cela t’aidera à réaliser ton auto-évaluation pour progresser dans ta pratique professionnelle et fait partie de ton évaluation finale de stage.

Un stage me donne-t-il droit à un diplôme ?

L’école ne te fournira pas un diplôme spécial pour ton stage mais le stage fait partie de ta formation et est obligatoire si tu suis certaines options pour l’obtention de ton certificat de qualification.

Un stage peut-il être rémunéré ?

NON. Le stage est gratuit et ne donne droit à aucune rémunération. Dans certains cas, des indemnités peuvent être octroyées à condition que cela soit précisé dans ta convention de stage.

Réaliser un stage peut-il me coûter de l’argent ?

NON, à l’exception des frais de déplacement de ton domicile à ton lieu de stage.

Combien de kilomètres entre mon domicile et mon lieu de stage ?

Le plus souvent, pour des raisons d’organisation, le chef d’établissement prévoit dans le règlement des stages la distance maximale entre l’école et le lieu de stage.

Que faire si j’ai des problèmes de transport ?

Cette question doit être discutée avec ton école pour trouver des moyens te permettant de te rendre à ton lieu de stage.

Vais-je effectuer des déplacements durant mon stage ?

Les frais sont pris en charge par le milieu professionnel où tu réalises ton stage. Cela doit être prévu dans ta convention de stage.

Comment la convention de stage me protège-t-elle en cas d’accident ?

L’assurance de ton école prend en charge les frais résultant d’éventuels accidents survenus lors de ton stage. Le milieu professionnel, quant à lui, doit couvrir sa responsabilité civile à ton égard.

Que faire avant de commencer mon stage pour diminuer les risques d’accident de travail ?

Le milieu professionnel réalise une analyse de risque auquel le stagiaire pourrait être exposé. Le milieu professionnel doit également fournir les vêtements et équipements de sécurité si nécessaire.

Suis-je protégé(e) sur le chemin du travail ?

Oui, tu es couvert(e) par l’assurance de ton école.

Que faire en cas d’accident ? Qui prévenir ?

Préviens ton école (secrétariat). Tu devras remplir une déclaration d’accident.

En cas d’accident, mes frais médicaux seront-ils remboursés ?

Oui, sur base des preuves de paiement.

Comment récupérer les heures de stage manquantes suite à un accident ?

La législation prévoit des demandes de dérogation autorisant les élèves à récupérer leurs stages pendant les vacances scolaires.

L'établissement scolaire peut introduire une demande de dérogation auprès de l'Administration (service de la Direction Relations Ecoles Monde du Travail) par l’intermédiaire du formulaire se trouvant au sein de la circulaire 6718 en son annexe n°10.

Attention : Cette demande, ainsi que les justificatifs, doivent nous parvenir dans les 10 jours ouvrables avant le début de la période de récupération du stage.

Puis-je réaliser mon stage dans l’entreprise de mes parents ?

Ce n’est normalement pas autorisé sauf si l’école introduit une demande de dérogation motivée auprès de l’Administration qui tiendra compte du caractère exceptionnel de la situation.

Que faire si je n’ai pas pu effectuer mon stage ?

En fonction de l’option que tu suis, il existe deux possibilités :

- soit tu peux être dispensé(e) sur décision du conseil de classe lorsque les circonstances le justifient

- soit le conseil de classe décidera de reporter ton stage à une autre période de l’année scolaire en cours, y compris durant les vacances scolaires.

Puis-je rompre ma convention de stage ?

À tout moment, tu peux rompre la convention de stage pour autant qu'il y ait eu une concertation préalable entre toutes les parties signataires de la convention : il est donc nécessaire d’en parler avec ton employeur, ton tuteur et ton maitre de stage afin de prendre une décision de commun accord.

Dans le texte de la convention de stage que tu as signée, tu trouveras les modalités de fin de convention à l'article 10 si  le milieu professionnel a utilisé le modèle proposé par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Si le stage est obligatoire, tu devras retrouver un nouveau lieu de stage afin de compléter ta formation en milieu professionnel.

Une élève est enceinte et ne peut réaliser son stage, quelles solutions envisager ?

La mesure d'écartement d'un stage de puériculture est effectivement systématique dès le moment où la personne est diagnostiquée comme étant enceinte.

Dans l'état actuel de la législation (Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 06/09/2001, loi 26 243), il est précisé "qu'au terme des trois années d'études conduisant à l'obtention du certificat de qualification de "puériculteur(trice)", 1000 périodes de stages minimum doivent être accomplies auprès d'enfants âgés d'au maximum 6 ans", à raison d'une répartition très précise reprise dans l'Arrêté.

Un autre Arrêté (loi 26 242 voté à la même date) stipule dans son article 4: "Est admis à l'épreuve de qualification de "puériculteur(trice)", l'élève qui a effectué avec fruit des stages comportant un minimum de 1000 périodes de 50 minutes..." 

La seule dérogation qui puisse être accordée par le/la Ministre en charge de l'Education consiste à permettre à un(une) étudiant(e) de récupérer des heures de stage non prestées durant les vacances de printemps, d'hiver ou d'été. Au cas où la récupération pendant les vacances est impossible, la seule solution envisageable est de prester les jours de stage manquants durant l'année scolaire suivante, puis de vous présenter à la prochaine épreuve de qualification organisée dans votre établissement scolaire.

Un(e) élève effectue son stage à l’étranger, comment est-il/elle couvert(e) du point de vue des assurances?

Dans ce cas, une demande d’autorisation doit être introduite par l’établissement scolaire auprès du/de la Ministre en charge de l’Education.

Cette demande doit être accompagnée de la convention de stage spécifiquement signée par l’établissement scolaire et l’établissement accueillant l’élève en stage à l’étranger.

La convention doit spécifier que l’élève est couvert par l’assurance de l’établissement scolaire durant son stage à l’étranger. De plus, doivent figurer dans la convention de stage le numéro du contrat et le nom de la compagnie d’assurance qui couvre la responsabilité civile de l’établissement accueillant l’élève en stage.

Un(e) élève effectue son stage à l’étranger, les frais de voyage pour se rendre sur son lieu de stage sont-ils à sa charge ?

OUI, sauf si l’établissement scolaire prévoit anticipativement un budget à cet effet.

Un(e) élève est inscrit(e) dans la section hôtellerie - alimentation, qu'en est-il des heures et horaires de stage en dehors des heures de cours?

L'élève sera amené(e) à effectuer des stages en entreprise en dehors des heures scolaires. La législation prévoit que certains stages de types 2 et 3 soient organisés selon les horaires professionnels. Cependant, ces horaires devront apparaitre au sein du règlement des études et / ou des stages qui aura été distribué en début d’année scolaire.

Alternance

A qui s'adresse l'alternance ?

A ceux et celles qui souhaitent combiner une formation générale à l'école (2 jours par semaine) avec l’apprentissage d’un métier en milieu professionnel (3 jours par semaine)

Une personne de nationalité étrangère peut-elle s'inscrire dans une formation en alternance ?

Oui mais elle doit répondre à 2 conditions :

  • Être en possession d’un permis de séjour valide
  • Bénéficier d’une dispense de permis de travail s’il est engagé dans le cadre d’un contrat d’alternance (AR du 9 juin 1999 relatif à l’occupation des travailleurs étrangers, Art 2 : Dispenses, 22°, b : « les apprentis séjournant légalement en Belgique et engagés dans les liens d’un contrat d’apprentissage ou de formation en alternance agréée par l’autorité qui en a la compétence ».)

De plus, l’Art 2, 22°, a, précise que sont également dispensés : «  les apprentis engagés avant l’âge de 18 ans dans les liens d’un contrat d’apprentissage ou de formation en alternance agréée par l’autorité compétente ».

NB : Dans le cas où un apprenant de nationalité étrangère aurait commencé un contrat d’alternance chez un opérateur de formation en alternance, il est autorisé à poursuivre sa formation une fois majeur même si son permis de séjour n’est plus valable.

Le site de l’Association pour le droit des étrangers ASBL (ADDE) adde.be, rubrique « principes en matière de séjour », peut vous donner des informations complémentaires.

Il est intéressant de savoir qu’ayant été inscrit avant ses 18 ans, le jeune garde la possibilité de terminer son parcours scolaire, pour autant qu’il soit en possession d’un permis de séjour valide.

Pour un jeune mineur, il a le droit d’être inscrit dans l’enseignement qu’il soit en situation régulière ou non. L’établissement est dans l’obligation de l’inscrire.

Il est par contre obligatoire qu’un adulte référent (tuteur) soit désigné s’il est non-accompagné.

Etant inscrit en CEFA, il peut conclure un contrat d’alternance.

Sous contrat d’alternance, un(e) élève peut-il/elle travailler chez un autre patron le weekend ou pendant les vacances scolaires ?

Si tu es élève dans un CEFA et a signé un contrat d'alternance avec une entreprise, tu gardes ton statut d'élève et peux, à ce titre, travailler le weekend sous contrat d'occupation d'étudiant.

Il est cependant interdit à l’élève de travailler pendant les heures de cours ou de stage organisées dans le cadre de sa formation.

Un(e) élève est inscrit(e) dans un CEFA en section commis de cuisine, peut-il travailler pendant ses jours de cours?

Lors de la signature du contrat, un horaire précis sur les jours à prester sont déterminés au niveau de l’article 5 du contrat d’alternance.

Une modification peut apparaitre, dans ce cas elle sera communiquée officiellement aux différentes parties et ne nécessite pas la réalisation d’un avenant au contrat.

Un(e) élève est inscrit(e) en alternance, quelles sont les obligations du patron concernant les rémunérations?

L'élève percevra une indemnité forfaitaire en fonction des compétences acquises. Elle est calculée en fonction d’un pourcentage du RMMMG (Revenu Minimum Mensuel Moyen Garanti) : 1562.59 €

Au niveau A : rétribution forfaitaire fixée à 265.64 € brut / mois

Au niveau B : rétribution forfaitaire fixée à 375.02 € brut / mois

Au niveau C : rétribution forfaitaire fixée à 500.03 € brut / mois

Un(e) élève peut-il faire des heures supplémentaires et qu'en est-il de ses rémunérations?

Le temps de travail et ses modalités sont fixés par la loi sur le travail du 16 mars 1971. Il s’agit d’un régime à 38 heures semaine comprenant à la fois les jours de cours et les jours en entreprise. La durée de travail est limitée à 8 heures par jours sauf exception prévue selon la commission paritaire dont relève l’entreprise.

Cependant, certains secteurs d’activités prévoient des prestations au-delà du maximum légal autorisé. Dans ce cas, un mécanisme de compensation sous forme de récupération des heures sera appliqué. Il est à noter que les jeunes âgés de 15 à 18 ans ne peuvent travailler entre 20 h 00 et 06 h 00 mais l’étudiant inscrit en alternance peut être amené à prester au-delà de ces limites.

Attention : quelque soit l’âge ou le secteur, le travail de nuit est interdit entre minuit et 04 h 00.

Un(e) élève inscrit(e) en commis de cuisine se retrouve régulièrement seul(e) à gérer l'établissement dans lequel il/elle est employé(e), cette situation est-elle légale?

Dans sa version du 27/06/2017, le contrat d'alternance prévoit en son article 3 les obligations de l’entreprise. Il y est spécifié que l’entreprise : « … accueille l’apprenant en alternance, veille à son intégration dans le milieu professionnel, …, et s’engage à ne pas laisser l’apprenant en alternance seul sur le lieu de formation. »

Dès lors, le patron d'entreprise ne peut pas faire travailler un(e) élève seul(e).

CTA

Qu'est ce qu'un CTA?

Le CTA est un Centre de Technologies Avancées

Fiches métiers

Combien existe-t-il de fiches métiers?

Depuis 2015, la DREMT travaille sur la rédaction de fiches métiers. Actuellement, 80 fiches métiers sont disponibles et consultables. A terme, 92 options de l'enseignement secondaire qualifiée seront représentées.

Comment obtenir des fiches métiers (version papier)?

Deux possibilités s’offrent à vous :

  • Vous pouvez vous en procurer en venant, uniquement sur rendez-vous, dans nos bureaux à Bruxelles (Rue Adolphe Lavallée, n°1). Les contacts sont à prendre via remt.sccs(at)cfwb.be.
  • Vous pouvez contacter nos collègues, chefs de projets dans les différents bassins IPIEQ de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour ceux qui se posent la question : cet outil est GRATUIT!

Comment utiliser les fiches après impression?

Pensez à imprimer la fiche en recto-verso et utiliser notre guide de pliage

D'où proviennent les données des fiches métiers?

Le moteur de recherche créé sur le site "Mon Ecole, Mon Métier" exploite les bases de données GOSS et SIEL qui recensent l’offre programmée de l’enseignement obligatoire secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Informations générales

Après avoir réussi une 4e année professionnelle en coiffure en juin, un élève hésite entre poursuivre dans l'enseignement ordinaire (suivre une 5e, puis une 6e voire une 7e année professionnelle) ou signer un contrat d'apprentissage IFAPME.

Bien que la formation "coiffeur/coiffeuse" soit identique chez les différents opérateurs de formation (car chaque opérateur -école, CEFA, IFAPME- base son enseignement sur le même profil de formation), la certification reste différente.

Dans l'enseignement ordinaire de plein exercice comme au CEFA, la formation de 5e et 6e année coiffeur/coiffeuse débouche sur deux certifications : le CE6P (Certificat d'Etudes de 6e année professionnelle) et le CQ6 (Certificat de Qualification). En continuant une 7e patron coiffeur/ patronne coiffeuse, l'élève obtiendra le CE7P, le CESS (Certificat d'Enseignement Secondaire Supérieur qui donne accès à l'enseignement supérieur), un CQ7 (Certificat de Qualification) et un Certificat de gestion de base.

En suivant une formation à l'IFAPME, l'élève obtiendra également un certificat de qualification professionnelle (équivalent au CQ6 et CQ7) mais n'obtiendra pas de CE6P ni de CESS. Cela signifie que si l'élève commence sa formation à l'IFAPME et souhaite ensuite revenir vers l'enseignement, il/elle ne pourra se réinscrire qu'en 5e P Coiffeur même si il/elle a déjà réussi une ou plusieurs années à l'IFAPME. Remarquez également que l'élève n'obtiendra pas directement de CESS auprès de l'IFAPME.

Comment faire pour faire paraitre/promouvoir un de vos événements dans l'agenda ?

Si vous organisez un évènement qui est en lien avec l’enseignement secondaire qualifiant en Fédération Wallonie-Bruxelles, vous pouvez envoyer les informations à l'adresse remt.sccs(at)cfwb.be .

Veillez à ce que votre mail contienne :

  • Obligatoirement
    • le titre de l'évènement
    • le lieu
    • une date de début et de fin
    • une heure de début et de fin
    • un lien vers le site de l'évènement ou les coordonnées pour obtenir plus d'informations
  • Facultativement
    • une image de 280x200 px (si vous n'envoyez pas d'image, une image générique sera utilisée)
    • du contenu rédactionnel (description, programme...)

Nous nous réservons le droit d'autoriser ou de refuser la publication demandée.